Je ne suis pas un bobo

Faut pas croire ce que disent les journaux …

Non, je ne peux pas être  un BoBo parisien car:


Le Bio çà me saoule, Alain Bashung et Benjamin Biolay également. Je ne fume pas de joint, je déteste le vélo et les expos conceptuelles du genre: « Les 1001 sons de l’eau à travers le monde et les âges ». Je zape les films coréens sous titrés en malaysien qui passe sur Arte, je n’ai jamais ouvert Télérama ni les Inrocks et si je ne conduis pas de 4×4 c’est uniquement parce que passer le permis ne m’intéresse pas. J’adore prendre l’avion pour des destinations lointaines sans angoisser de répandre du CO2 à gauche et à droite, tout en n’aimant pas me rendre à Bastille.  Les impôts çà me fous la migraine et la gauche est aussi passionnante et énergique que « Vivement Dimanche ». Le canal St-Martin ce n’est vraiment pas ma tasse de thé et les bistrots je m’en passe merveilleusement bien.
Je pisse à la raie de Zadig&Voltaire, de Vanessa Bruno et de Sandro (je ne dirai pas ce que je fais à Gérard Darel), le vintage çà pue alors que l’odeur du neuf me fait vibrer… Je n’ai pas de scooter; le thé pour moi c’est de l’eau chaude et les pousses, germes et autres graines sont juste bons à être donné aux animaux. Je n’ai pas de maison de campagne en Normandie ou en Bretagne, la tolérance envers tout les mouvements revendicatifs de l’univers ne fait pas partie de mes centres d’intérêts et appeler mes enfants Violette, Ursule ou Basile, encore moins.
J’aime les trucs merdiques, nuls et ringards parce qu’intérieurement je suis profondément vieux jeux et saoulant:

  • Danser et chanter, dans la rue ou à la maison: Jump for My Love (soit version Pointer Sisters ou Girls Alourd)
  • Et même dans le dressing
  • Je voudrais forcer les cadenas du pont des Arts pour les balancer à l’eau
  • Je lis des best-sellers américains et du marketing parce que Maupassant, c’est trop compliqué
  • Le matin c’est céréales au petit déj
  • Ramasser le courrier dans la boîte aux lettres, j’adore.
  • Les bouquins de Savoir Vivre de Nadine de Rotschild aussi
  • « Arabesque » et Jessica Fletcher pour ne pas dire les « Feux de l’amour »
  • Je n’attends qu’une chose … avoir 30 ans !!!

Ce qui pourrait me faire être un BoBo parisien :


Le premier geste du matin au bureau = ouvrir Libé (mais pour équilibrer j’ai le Figaro juste après).
Je porte des pulls en cachemire col V et j’adore passer les vacances au Cap Ferret, je vais souvent aux expositions de Beaubourg et je mange des sushis à tire larigot. Je revendique le fait que je n’aime pas Lady Gaga (bien que je pense que c’est plus un argument pour la liste du haut) mais pour compenser j’écoute Britney Spears ! Je trie mes déchets, je suis mac et j’adore le design des années 70, je ne prends presque jamais le métro parce que je préfère la marche et je suis abonné à une « uppercool » salle de gym. J’adore les pizzas de la Pizzetta dans le 9ème et le Progrès à Montmartre, je bosse à côté du Palais Royal et de la Bnf, mes amis habitent rive gauche et portent des clubmasters. J’ai des lunettes de geek YSL, la barbe de 3 semaines, des cheveux mal coiffés et une parka col en renard APC. Et pour couronner le tout je suis Godardrophile

Mais au final il est clair que nier son appartenance aux BoBos c’est déjà avoir un pied dedans. Certains disent que l’on ne devient pas Bobo mais que l’on naît Bobo … et bien je peux vous dire que vu d’où je viens et le chemin que j’ai fait rien ne me prédestinait à l’être, bien qu’en y réfléchissant … une famille à tendance pop rock post hippie aux idéaux de liberté à la sauce fleur bleue où le leitmotiv est le culte du bien être, je vais dire qu’à leur niveau ma famille à un côté BoBo.
(Maman si tu lis cela ne panique pas tout va bien !!! là où vous êtes çà passe inaperçu).

Mais au fond peu m’importe ce que je suis ou non puisque dans l’absolu çà je m’en contrefiche éperduement … enfin je crois :D

cliché Bobo








Partager sur:
Delicious

10 commentaires pour cet article

    Tyrany le 22/03/2010 à 00:46

    Dans les 2 premiers paragraphes tu parles de Bixente le bobo (de merde) ?

    Jonathan le 22/03/2010 à 01:02

    juste quand je parle des amis rive gauche ...

    Jérôme le 22/03/2010 à 01:26

    Putain, mettre Bashung avec tout ce que tu cites ensuite, y'a mort d'homme...

    Bixente le 22/03/2010 à 01:35

    Cher Tyrany, je ne correspond pas à une bonne partie du cliché des deux premiers paragraphes (à l'exception de Biolay, Télérama et Sandro)... Cher Jonathan, ce fut si laborieux de chercher ce qui t'excluait des bobos pour y renoncer ? :-D Tu pourrais aussi parler de ton alimentation ou de ton envie de shooter dans les SDF ! Mais en fait, je valide cette conclusion ;-) Superfreeeaaaakkkk !!!!!!!

    Jonathan le 22/03/2010 à 09:40

    @Bixente: oui j'ai oublié le coup de végétarien, et pourtant je voulais le mettre :D @Jérôme: Je n'ai pas dis que Bashung c'était de la merde bien au contraire, c'est juste que s'est un cliché et qu'un tas de gens aime Bashung parce que cela fait bien d'aimer Bashung, comme un tas de gens pense à l'écologie juste parce que c'est politiquement correct en ce moment mais au fond ils s'en tapent ...

    Eric le 23/03/2010 à 19:55

    A la fin que retiens t on? Moi je retiens que tu es un demi bobo. :)

    Grégory De Vos le 23/03/2010 à 21:38

    J'aime! Tellement drôle! Puis, je te rejoins concernant Lady Gaga, elle me tape sur les nerfs!!! (surtout depuis que littéralement tout le monde en fait une déesse etc.) Cela dit, bobo ou pas, du moment que tu te sentes bien, les étiquettes, on s'en fout un peu non? :D

    Jonathan le 24/03/2010 à 00:42

    @Eric: à la fin on retient que tu as de nouveau internet :D @Grégory: ravi que cela t'ai plu , et je confirme que les étiquettes on s'en fiche ... surtout que la plus part du temps elles sont données par les autres.

    Eric le 24/03/2010 à 13:08

    C'est vrai j'ai de nouveau internet. la vie est affreusement calme sans le web. Et je t'écris d'un patelin tellement paumé que tu enverrais bien un hélico Chanel ou KL venir me chercher.

    Amy le 19/04/2010 à 04:47

    juste quand je parle des amis rive gauche ...

Laisser un commentaire :




* champs obligatoires